LE PRÉHISTORIQUE À L’ÎLE BOURBON

16.00 

Jules Hermann

192 pages
Broché
14,5 X 21,5 cm
ISBN: 9782914033497

Catégories : ,

Quand paraissent, trois ans après la mort de Jules ­Hermann, les Révélations du Grand Océan, c’est le spectre flamboyant d’un écrivain hors norme qui s’apprête à hanter La Réunion, et révèle à la société coloniale de 1927 l’étendue du territoire imaginaire que le Président Hermann a arpenté sa vie durant : l’auteur s’est en effet employé pendant près de quarante ans dans le secret de son étude notariale à édifier une œuvre-monde, donnant naissance à un continent invisible, la Lémurie, que Malcolm de Chazal fera passer à la postérité, mais aussi à une stupéfiante ­reconstruction de l’histoire de la Terre, des langues et des hommes.
Tome après tome, Jules Hermann s’est en effet livré à une fabuleuse dérive scientifique, où les intuitions fulgurantes se mêlent ­intimement à des visions délirantes de planète copulant avec une ­comète, d’une humanité première et lémurienne partant depuis l’océan Indien à la conquête du globe, d’un continent englouti dont La Réunion, Maurice et Madagascar constitueraient les derniers ­vestiges émergés…
Les dernières années d’Hermann seront marquées par une ultime série de révélations, consignées dans Le Préhistorique à l’île Bourbon : scrutant la falaise de la Montagne Saint-Denis, Jules voit un jour ­apparaître des centaines de figures géantes sculptées dans la pierre, et en déduit que se dresse face à lui le grand temple de la civilisation lémurienne.
C’est ainsi que l’auteur des Révélations édifie à son insu un véritable chef-d’œuvre de littérature involontaire, dont la force de subversion reste d’une étonnante actualité, livrant avant l’heure les clefs fondamentales du discours réunionnais, et payant de sa vie cette sidérante révélation : Jules Hermann trouve la mort le crayon à la main, traçant une ultime esquisse, un dessin-suaire de ses extraordinaires visions de la Montagne.

Édition établie par Nicolas Gérodou.

Revue de presse

L’Azenda
Lecture de Laurent Albarracin sur le site de Pierre Campion
No Comment